Mars 2019 – Saint Pascal Baylon

Saint Pascal Baylon

Né le 16 mai 1540 Mort le 17 mai 1592

Le Saint, gardien du divin prisonnier du tabernacle.

Pour les saints, les choses de la terre font souvent obstacle à l’union avec Dieu et pourtant il était dit que la pureté de Pascal était celle d’un ange. Pour le commun des mortels,la sainteté ne constitue pas à acquérir des vertus,comme le précisait le vicaire général,dans son commentaire de l’encyclique papale : »Gaudete et exultate »mais d’être plutôt dans une politique des petits pas de la sainteté ;chaque jour,et même si on n’en a pas toujours l’impression, le fait de penser déjà à faire quelque chose dans un esprit d’amour de son prochain est un grand pas vers la sainteté.

C’est cela qui doit être le plus important pour nous et qui a été mis en œuvre par Saint Pascal,dans la grande modestie de sa vie.

Ce dernier naît dans un petit village du royaume d’Aragon,Torre Hermosa,le jour de la Pentecôte,il mourra 52ans plus tard,le jour de la Pentecôte. Entre-temps,et tout petit déjà,il balbutiait ses premiers mots :Jésus,Marie ;cela nous rappelle Saint Benoît-Joseph Labre qui, lui, rajoutait Joseph.

Tout était dit :il est intéressant de constater qu’il y a des similitudes entre ces deux saints,l’un et l’autre incultes,ne souhaitant s’intéresser qu’aux choses de la foi,réussissant merveilleusement dans cette connaissance du seigneur.

D’ailleurs, Dieu avait bien fait les choses-comme s’il pouvait en être autrement- en dotant Saint Pascal de la science infuse,vous avez bien lu,la science infuse existe :en tout cas pour Saint Pascal Baylon. Saint Pascal pu ainsi parler et écrire dans des domaines de la théologie,aux quels il aurait était complémentent imperméable s’il n’avait reçu cette inspiration divine. Comme le dit si joliment Dominique Bona, de l’Académie Française, : »le cœur plus fort que l’intelligence » Le cœur du Christ plus fort que l’intelligence humaine.

Saint Pascal était franciscain,frère convert appartenant à l’ordre des Frères Mineurs,il prononça ses vœux solennels en 1565 au Couvent de Notre-Dame de Lorette à Montéforlé, où Saint Pascal met en œuvre la théorie des petits pas vers la sainteté. Un accueil exemplaire. L’accueil, la qualité de l’écoute, la manière de répondre à la porte sont essentiels pour celui qui frappe à cette porte ;de cette qualité de l’accueil découlera une première et décisive idée que tout à chacun se fera de la Maison du Seigneur.

Saint Pascal avait intuitivement compris cette fonction d’accueil, de portier, l’accomplissant à merveille,aux dires de tous les visiteurs et bienfaiteurs. Tous étaient subjugués par sa bonté,sa patience, son respect, son aménité, bref un exemple pour nous tous. Saint Pascal en tant que franciscain vivait dans la spiritualité de Saint François d’Assises, tout comme Saint Benoît-Joseph et bien d’autres encore.

Saint Pascal a accompli de son vivant certains miracles, Dieu n’a pas voulu attendre sa mort. C’est ainsi, alors qu’il emmenait paître un troupeau, un berger lui demanda de l’aider à trouver de l’eau et plutôt que d’aller de fontaine en point d’eau inexistants, il s’approcha d’un tas de pierre,creusa la terre de ses mains,frappa le sol et fit jaillir l’eau.

C’est d’ailleurs ce miracle qui décida Saint Pascal à devenir religieux.

Comme on le disait, pour les saints,la vie sur terre est un lieu d’exil,un passage obligé,qui ne l’empêchera pas d’être gratifié du don de prophétie,qu’il aura l’honneur de pouvoir s’appliquer à lui-même. Il connaîtra le jour et le moment de sa mort,au couvent de Notre-Dame du Rosaire,un endroit béni entre tous ;lui qui vénérait tant la Vierge Marie.

Cette ultime étape ne lui causera qu’un effroi passager, mené par le Diable.

Et c’est ainsi que Dieu remercia ce grand serviteur pour la dévotion qu’il lui avait toujours porté,en le faisant expirer au moment de l’Élévation de l’hostie,lui qui restait des heures en prosternation, »gardien «  du Tabernacle de son divin prisonnier. Il ne faut pas se séparer de Saint Pascal, sans rappeler qu’au moment où il rejoint le seigneur,on voit, s’élever l’âme de saint Pascal emporté vers les Cieux, sur un char de feu.

Depuis lors,Saint Pascal a été choisi et proclamé, par le pape Léon XIII, Patron spécial des Congrès et des Associations Eucharistiques. Le souverain pontife nous fait la grâce d’éclairer son choix, lequel aurait pu se porter sur tout autre saint plus prestigieux,comme Saint Bonnaventure , Stanislas Koska ou Saint Claire.

Mais,c’est bien le sacrement de l’Eucharistie qui est le plus important pour souder l’église et ses fidèles ;raison pour laquelle tous les prêtres devraient demander à saint Pascal de les aider fraternellement dans leur piété eucharistique. L’on peut,l’on doit aussi invoquer Saint Pascal dans la préparation à la Première communion et comme il n’y a d’âge pour bien commencer sa religion, l’âge de 7 ans a été décrété par le pape Pie X, pour la Première communion.

Une Première communion bien faite auprès de ces tendres âmes laissera pour toujours et jusqu’à l’heure de leur mort,l’empreinte du seigneur dans leur cœur.

Béatifié en 1618 Canonisé en 1690

Patron des Œuvres Eucharistiques le 28 novembre 1897 par le pape Léon XIII.

Monique Ravel.