Juin 2020 – Saint Barnabé

Juin 2020 – Saint Barnabé

                                              Saint Barnabé     Fêté le 11 juin

                                                     Apôtre des Gentils

Saint Barnabé, «Fils de Consolation», ainsi rebaptisé par les apôtres, s’appelait Joseph au moment de sa naissance, nom donné par ses parents, de riches Hébreux, propriétaires terriens, de la tribu de Lévi. Il naît à Salamine à la même époque que le Christ, dans l’île de Chypre. Strictement élevé dans la Loi de Moïse, ses parents l’envoient étudier les Saintes Ecritures à Jérusalem, la capitale spirituelle de la nation juive.

A l’époque, les chrétiens étaient une petite secte judéo-chrétienne, qui tentait de semer l’Esprit du Christ, dans une société, où, le paganisme tenait une grande place. La venue du Messie était attendue par tous, encore fallait-il s’entendre sur la signification du Messie. Pour les Chrétiens, c’est celui dont on attend le salut, pour les Juifs, c’est celui qui rétablira Israël dans ses droits.

Les premiers n’eurent jamais assez de preuves à fournir aux seconds et eurent, cela fera sourire, beaucoup de difficultés à  les convaincre. Pourtant, Durant les quarante jours après sa Résurrection, Jésus avait multiplié les preuves de son existence, n’avait –il pas : « Sous les yeux des apôtres, s’élevant de terre, il avait disparu dans une nuée, échappant aux regards». (Actes 1.9.11).  Car nul n’est jamais monté au Ciel sinon celui quiest descendu, du Ciel, le  Fils de l’homme (Jean, III, I3) et si cette Ascension n’était pas suffisante, une ultime preuve que le Christ était bien le Messie attendu avec l’effusion de l’Esprit Saint qui illustrait la promesse faite par Dieu à Moïse. « Tout à coup, un bruit était venu du Ciel, pareil à celui d’un vent impétueux (…) puis des langues étaient apparues, comme du feu, et une s’était posée sur chacun d’eux, et tous s’étaient trouvés emplis de l’Esprit-Saint. Ils s’étaient mis à parler en toutes sortes de langues, selon que l’Esprit Saint lui-même leur avait donné de s’exprimer ». (Actes, II, I, 4.)

« La multitude des croyants n’a qu’un cœur et qu’une âme » Livre des Actes des Apôtres

C’est là, où l’on retrouve Barnabé, à Jérusalem, où il fait partie des juifs Hellénistes ou Juifs de la Croix, qui sont tout simplement des Juifs convertis, éclairés qui avaient étudié et voyagé ; pour eux c’est bien  Jésus le Messie.

C’est ce que l’on connaît sous le nom de diaspora, qui a voyagé au Proche -Orient, Mésopotamie, Babylone, mais aussi en Italie, en Gaule romaine, en Afrique du Nord, un mouvement qui avait commencé au IX s avant JC.

Barnabé, qui réside maintenant à Antioche, en Syrie, se rend compte, que le christianisme prend des forces, dans une ville appelée à l’époque la ville Lumière, qui est la troisième ville de l’empire Romain, après Rome et Alexandrie, ville avec ses 500.000 habitants  à l’époque, deviendra derrière Jérusalem, l’autre foyer de l’Eglise naissante.

Antioche  était une ville superbe, située à vingt kilomètres de la Méditerranée, sur une des rives du fleuve Oronte, mais une ville aux mille turpitudes, avec une population très hétérogène composée de Romains, Grecs, de Syriens bien sûr et de Juifs. Ces derniers, attiraient beaucoup les païens, qui recherchaient une religion « sérieuse »  Tous aspiraient trouver  autre chose, Dieu  probablement, c’est d’ailleurs ainsi que fut fondée la première église mixte composée de juifs et de païens; un vrai miracle ! Tout cela intriguait les autorités de Jérusalem qui demandèrent à Barnabé d’enquêter; il avait connu le Christ et il comprit le premier que Paul depuis sa conversion de Damas était celui qui ferait le mieux entendre la voix du Seigneur, Il va donc aller le chercher à Tarse, pour lui montrer la voie que Dieu veut lui voir suivre. Et ils se retrouvent à Antioche, c’était une quinzaine d’années après la mort du Christ, le Seigneur était encore tout proche dans les cœurs.

Barnabé ouvre la voie de Dieu à Paul

Barnabé  présente Paul aux apôtres, notamment Jacques et Pierre. Une amitié inattendue entre ce dernier et Paul  va naître.

Barnabé était à l’image du Christ, doux et humble de cœur, il avait donné les biens hérités de ses parents aux pauvres et aux apôtres et leurs deux belles âmes allaient donner un élan supplémentaire à la parole du Christ. Saint Paul était un pasteur d’âme, un missionnaire et un conquérant, un duo parfait avec saint Barnabé. Pour l’instant, celui-ci reste le chef de la mission qui part à Chypre, sa patrie, où l’on trouve  partout des petites communautés chrétiennes. Il était heureux de voir que Paul pouvait, par sa dimension spirituelle, convaincre un auditoire païen, plutôt porté sur la magie et l’occultisme. Il  peut transmettre son message, parler de sa vision de Dieu à Damas, de la Résurrection ; la force de Dieu est supérieure à toutes les magies ; il réussit magnifiquement à montrer la prééminence du Christ sur les pseudos religions qui reposaient sur les sorts et les incantations maléfiques.

Vers le Pays des Galates

Embarquement pour la côte sud de l’Asie Mineure, une région extrêmement dangereuse, avec pour destination principale Antioche de Pisidie , où sévissait des religions très mystérieuses , très influencées par la superstition, les périls étaient multiples et variés, des régions pour le moins inhospitalières, mais tout cela fut surmonté, car ils étaient tous trois portés par l’immense désir de faire connaître la parole du Christ. Barnabé  ayant demandé à un de ses cousins –Marc dit Jean Marc de les accompagner et dont on reparlera plus tard.

 Paul explique que : « Dans le Christ il n’y a pas de différence entre Juifs et païens (…) Dans le Christ nous sommes tous un ».  Les villes d’Antioche de Pisidie, Salamine, mais aussi Iconium, Lystres , Derbé et Pergé seront conquises par ce message.

Le retour des trois missionnaires en Syrie et à Antioche, fut triomphal, le paganisme était vaincu, mais pour combien de temps, pourrait-on ajouter ? D’ailleurs comment procéder sur le long terme pour que de bons païens deviennent de bons chrétiens ? Comment éviter le confinement spirituel et social entre toutes ces différentes sensibilités, pour ne pas dire plus ? Paul lui- même se sera convertit quelques années après la mort du Christ. Comment résister à quelqu’un qui proclame : « Je suis pour jamais crucifié avec le Christ : ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ». Barnabé était à sa façon aussi éloquent, et leurs tempéraments se complétaient admirablement.

L’Esprit Saint se manifestera par la voix de Paul  pour faire de la religion catholique une religion universelle. « Vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités du monde (Actes I, 8). Le monde est grand, même pour de tels hommes.  Ils tracèrent tous deux un beau sillon, et comme dans le travail de la terre, il ne faut pas  hésiter à tourner et retourner la matière, ici ce sont les sentiments illustrés par le fait que beaucoup de judéo chrétiens refusaient de se mêler aux nouveaux convertis. Barnabé et Paul eux, sont chrétiens, tout simplement, si on ose dire et c’est en tant que tels qu’après avoir cheminé si longtemps côte à côte,  qu’ils vont se retrouver dans un face à face terriblement humain.

Saint Barnabé et Saint Paul arrivent à la croisée des chemins

Il n’y aura pas de deuxième mission pour aller porter la parole de Dieu, ils la porteront toujours mais séparément. Barnabé continuera sa route seul , pendant sept années,  où rentré sur son île il y formera et guidera les chrétiens. Plus tard, il ira en Italie,  en Ligurie, à Milan,  il évangélisera les villes de Brescia et de Bergame, puis il rentra dans son pays où l’attendait une mort glorieuse. Il faut cent fois remettre son ouvrage sur le métier, comme on dit. L’exemplarité de toute une vie de sainteté ne suffira pas à calmer des esprits séditieux, venus tout spécialement de Syrie pour le tuer. Barnabé avait eu vent du danger, il aurait pu l’éviter, mais après avoir célébré la messe une dernière fois, avec ses disciples et Marc, il partit à la synagogue retrouver son destin et le Seigneur. A peine arrivé, il fut traîné dehors et lapidé. Cela se passait sous l’empereur Néron.

Le Seigneur lui avait accordé la grâce suprême de mourir en martyr. « C’est lorsque je suis faible que je suis fort » Saint Paul

Des reliques de Barnabé se trouvent encore à Milan et à Toulouse également. L’ordre des Barnabites fut fondé à Milan en 1537, et approuvé par les papes Clément VIII et Paul III, Ordre dont la mission était de former des prédicateurs pour instruire les peuples de la terre.

Monique Ravel

Les commentaires sont clos.
%d blogueurs aiment cette page :